5/11

Mozart à Paris

C’est une histoire peu connue que raconte Frantz Duchazeau: celle du séjour de Mozart à Paris en 1778 où il cherche en vain à trouver sa place sur la scène musicale. “J’avais l’image de quelqu’un pour qui tout était facile et ce n’est pas le cas. Toute sa vie d’adulte, il a eu énormément de problèmes pour se faire accepter, il ne gagnait pas d’argent. À l’époque, il fallait être beau, grand, démonstratif. Mozart est tout l’inverse: il ne sait pas se vendre, il est petit, il a un gros nez, des yeux globuleux et la petite vérole. Il avait tout contre lui à part son talent.”, dit le dessinateur. “Cela m’a beaucoup interpellé, parce que j’aime bien me mettre à la place des gens qui galèrent.”
Fort de ce point de départ, il s’est plongé dans la documentation pour livrer à la fois une description précise de la vie quotidienne dans le Paris sale de la fin du XVIIIe siècle et un portrait fantasmagorique de Mozart. Dans des pages aux couleurs lumineuses, Duchazeau s’est amusé à le représenter en Little Nemo, du nom de ce célèbre personnage de la BD dont les rêves ne correspondent jamais à ce qu’il a imaginé. Alternant réalisme et cubisme, Mozart à Paris livre un portrait tout en nuances d’un génie de la musique.
Mozart à Paris, Frantz Duchazeau, Casterman, 96 pages, 18,95 euros.

Casterman

Noël: des idées cadeaux pour les fans de BD