8/11

L'Âge d'or

L’Âge d’or de Cyril Pedrosa et Roxane Moreil est un des événements de la rentrée. Ce conte politique, construit comme une tragédie grecque, suit Tilda, une princesse victime d’une conspiration menée par sa mère. "L’idée au départ, c’est ce personnage, Tilda, que Cyril dessinait dans son carnet. On a commencé à se raconter l’histoire de ce personnage, un peu par hasard, comme un jeu", indique la scénariste Roxane Moreil. Elle ajoute: "En même temps, on était dans une phase pré-électorale, on parlait énormément de politique, on était dans un moment de déprime: on se disait que c’était terrible qu’on ne puisse pas raconter quelque chose de positif à ce moment-là". Puis les deux récits se sont réunis: "Plus on racontait des choses autour de cette histoire-là, plus on se rendait compte qu’on avait envie de parler d’utopie, de raconter que c’est encore envisageable, sans doute souhaitable, et qu’on peut y croire encore un peu", précise Cyril Pedrosa.
Malgré une période de déclin, le duo a aussi envie de croire dans le pouvoir salvateur de la fiction, indispensable à toute société: "On a besoin des auteurs, des artistes, pour nous donner des pistes de réflexion", dit la scénariste. Cette histoire, violente, mais traitée sans complaisance, se déploie donc dans des cases semblables à des tableaux où le dessinateur a laissé libre cours à son imagination: "Il fallait que ce soit un univers." Inspiré par le peintre belge Brueghel et l’illustrateur américaine Eyvind Earle, Cyril Pedrosa a inventé un monde féerique tout en fausses perspectives et en ambiances colorées parfait pour affronter la grisaille de la rentrée.
L’Âge d’or, tome 1, Cyril Pedrosa (dessin et scénario) et Roxane Moreil (scénariste), Dupuis, 222 pages, 32 euros.

Dupuis

Ces BD incontournables qui vont marquer cette rentrée