10/11

Les Rigoles

Les Rigoles est le nom d’une rue et d’un bar du XXe arrondissement de Paris. C’est aussi le titre du nouvel album de Brecht Evens: “Le livre n’a pas de rapport avec le bar. Je cherchais un titre et, au lieu d’en inventer un, j’ai préféré nommer le livre d’après le bar où je l’ai écrit.” L’idée des Rigoles est venue après “une expérience assez intense en 2013” où Brecht Evens a été “pendant plus d’un an” maniaco-dépressif. Un état qui lui a inspiré un personnage et lui a donné envie de “faire un livre pour célébrer la ville, ses détails, les bribes de conversation que l’on y entend”: “C’est en sortant de cette dépression que j’ai commencé à regarder autour de moi et à entendre les choses. J’ai voulu raconter toute cette vie urbaine, tout ce bruit, toute cette lumière”.
Ce pavé de 340 pages, dont les planches seront exposées à la galerie Martel à Paris du 26 octobre au 24 novembre, suit la déambulation nocturne de trois personnages. Chaque page, réalisée principalement à l’aquarelle, est un voyage, une expérimentation visuelle explorant les limites de la BD: “Comme les personnages ne savent pas trop profiter de ce lieu, il faut montrer jusqu’à quel point c’est attirant ou éventuellement repoussant. Il faut vraiment suggérer que la ville donne l’impression de pouvoir vivre plein d’aventures différentes. Il faut qu’autour des personnages il y ait des choses qu’ils ratent, des choses qu’ils ne peuvent pas voir, auxquelles ils ne peuvent pas accéder, mais que nous en tant que lecteur nous pouvons découvrir en voyageant dans cette ville. C’est un livre où le lecteur a le droit d’avoir l’impression qu’il y a des choses qui lui échappent.”
Les Rigoles, Brecht Evens, Actes Sud, 340 pages, 29 euros.

Actes Sud

Ces BD incontournables qui vont marquer cette rentrée