1/11

Charlotte impératrice

Le scénariste Fabien Nury (La Mort de Staline) et le dessinateur Mathieu Bonhomme (L’Homme qui a tué Lucky Luke) s’associent pour retracer le destin de Charlotte de Belgique, épouse de Maximilien de Habsbourg devenue en 1864 impératrice du Mexique. Étonnant mélange entre Le Guépard de Visconti et La Horde Sauvage de Peckinpah, cette série prévue en quatre albums conte une histoire méconnue déjà entraperçue dans XIII ou Blueberry.
Elle plonge le lecteur dans une époque où "quelques familles régnaient sur le monde entier et s’amusaient dans leur tour d’ivoire avec l’échiquier mondial en faisant fi des populations". L’inverse, bien entendu, va se produire dans Charlotte impératrice, qui évoque malgré tout la prise de conscience et la prise de pouvoir d’une femme dans un monde dominé par des hommes: "Elle a pas mal de points communs avec ce que l’on vit aujourd’hui: elle veut exister, avoir son autonomie, ne pas se laisser avoir par la masculinité de son époque", analyse Mathieu Bonhomme.
Pour dessiner l’ascension de Charlotte, il a puisé dans l’iconographie des mariages de la couronne britannique: "Je ne voulais pas que ce soit Sissi l’impératrice. Je me suis aussi inspiré du carrosse de Lady Di, ainsi que des peintures et des photographies du milieu du XIXe siècle. Dans la double page qui met en scène son mariage, j’ai ajouté des petites fioritures comme il pouvait y en avoir dans les gazettes", détaille le dessinateur, qui précise avoir voulu reproduire, via les couleurs d’Isabelle Merlet, le grain des vieilles photos. Un aspect suranné qui anticipe la décadence mexicaine du personnage…
Charlotte impératrice, Fabien Nury (scénario) et Mathieu Bonhomme (dessin), Dargaud, 72 pages, 16,95 euros.

Dargaud

Ces BD incontournables qui vont marquer cette rentrée