Jean d'Ormesson: "Je refuse de parler d’accent circonflexe quand il y a des gens qui se suicident"

Mis à jour le
Jean d'Ormesson, le 9 avril 2015. L'écrivain fait alors son entrée dans la Pléiade.
 

Une réforme facultative de l'orthographe actée par l'Académie française il y a 26 ans, mais passée largement inaperçue, a créé une polémique ce jeudi. Mais pour l'académicien Jean d'Ormesson, le sujet n'en est pas un, "au moment où les écoliers n’apprennent même plus à écrire ni à lire". 

Votre opinion

Postez un commentaire

8 opinions
  • Guy Dupont51
    Guy Dupont51     

    Elle a fais marche arrière. Elle ne fais pas le poids l'arriviste Berkacem face à Jean d'Ormesson.

  • d2san
    d2san     

    Très "amusant" de parler de ponctuation, de virgule(s), etc. Quand les virgules de cet article sont très mal placées, voire semblent explétives... Sans parler des coquilles : "Au début..." Me semblerait plus approprié que "au débat..."

  • Pseudome
    Pseudome     

    Faire un pays où tout être souhaite continuer à vivre car la vie y est devenue possible et belle.

  • Gromalin
    Gromalin     

    L'essentiel est de ne pas instruire, ne pas inciter à réfléchir, sinon les gens vont se révolter.

  • 109600
    109600     

    Nous remercions le président Oland et sa ministre Najavalobellekassaim pour cette simplification de l'orthographe car leurs noms étaient difficiles à écrire sans aucune faute.
    Au fait j'ai un doute sur l'orthographe de "Sans-dent"?

  • patguy5324
    patguy5324     

    La réforme de la orthographe plus importante que la situation catastrophique de la France voilà la théorie de notre président et son gouvernement a mediter

  • patguy5324
    patguy5324     

    La réforme de la orthographe plus importante que la situation catastrophique de la France voilà la théorie de notre président et son gouvernement a mediter

  • HeyBaal
    HeyBaal     

    "Les élèves" ?
    Ca m'énerve de voir les gens considérer que certains représentent tous.
    C'est pour ça qu'on nivelle par le bas.
    Toujours plus d'état et de moyens pour toujours moins d'autorité et de résultats.

    Quant à passer une réforme quand il n'y aura pas de suicide, autant dire qu'il ne faut plus jamais réformer.
    A moins qu'on ne confonde "il y a des suicides" et "j'entends parler de suicides en ce moment".

Votre réponse
Postez un commentaire